Accueil » Infos » Collaborations luthiers

Gérard Audirac

G.Audirac

Ma rencontre avec Gérard Audirac ne date pas d’hier, nous nous sommes souvent croisés sur les salons comme Issoudun et quelques autres; mais n’étant pas du même monde de la guitare, lui très classique, moi plutôt électrique ou électro, nos échanges étaient plus souvent « philosophiques » que « guitaristique »; C’est sans doute plus important, au fond ! Mais le jour où nous avons commencé à échanger sur le barrage des guitares, la confiance et la complicité était déjà là, naturelle entre nous, et le projet d’un instrument créé ensemble est venu très rapidement.

Après une quarantaine d’années de lutherie, Gérard Audirac est considéré comme véritablement expert en conception et fabrication de guitares classiques mais ne souhaite pas adapter par lui-même cette recherche à la guitare cordes acier. A partir d’un tracé de barrage conventionnel, à savoir un éventail à 7 barres, Gérard Audirac a, au fil des expériences, travaillé à alléger autant que possible la masse de ses renforts et à augmenter la surface vibratoire périphérique au chevalet. Loin d’affaiblir cet ensemble qui subit la traction des cordes, il a au contraire renforcé et stabilisé la table d’harmonie grâce au principe de précontrainte appliqué à quelques unes de ses barres.

OuessantBlast5En 2011, je sort une nouvelle version de mon modèle Ouessant intitulée Ouessant Blast (photo ci-contre) qui s’approche par quelques éléments des principes de barrage de G.Audirac. C’est cette proximité dans la recherche et la réflexion qui nous amène à développer ensemble un modèle corde acier pour lequel Gérard propose des évolutions dans le barrage de la table d’harmonie, le positionnement et le poids du chevalet. J »adapte alors le design de la Ouessant à cette nouvelle table et au principe d’ouïe déportée.

Merci Gérard, pour ta générosité et ta grandeur d’âme !

Voi le modèle Ouessant insitu

 

 Ken Parker

Kenetfred2Au cours de multiples salons et expositions, j’ai la chance d’avoir croisé le chemin de quelques grands luthier contemporains,  et parmi eux Ken Parker; En 2001 au Namm de Los Angeles, j’ai l’occasion de le rencontrer pour la première fois sur le stand de  Larry Fishman, puis en 2008, au salon de Montréal, où je découvre ses nouvelles guitares archtop acoustiques qui m’impressionnent encore plus que ses instruments précédents. Notre relation évolue vers une complicité certaine, ou l’amitié prend le dessus sur le partage des techniques et des conceptions. C’est donc chez un maitre et ami que je me suis rendu au printemps 2009, pour résider et travailler quelques huit semaines à « Parkerland », et cette complicité n’a pas cessé depuis.

C’est le fruit de cette résidence que je souhaite vous faire partager ici.                    Article paru dans
Acoustique Guitare – Janvier 2010

Réflexion sur le design “Simplicate and add more lightness” William B. Stout, régulièrement cité par Ken Parker et que je reprend à mon actif. Cette citation sous forme de boutade montre bien la difficulté qu’il y a à innover sans compliquer ni alourdir l’instrument. C’est le but opposé, à savoir alléger et simplifier, que je me suis fixé et que je partage avec mon ami Ken. Il tente une approche systémique de la guitare, en faisant en sorte que chaque innovation technique et chaque matériau s’intègrent le plus logiquement possible à l’ensemble, sans compliquer les méthodes de production ni la ligne. De la tête au chevalet, en passant par les évents, le principe d’enclavement du manche sont autant de composantes conçues en fonction les unes des autres. Le but optimal recherché est que l’instrument fini apparaisse comme évident, presque classique, malgré une ligne résolument contemporaine.

 

10 Responses to “Collaborations luthiers”